Inscrivez-vous !!!

Inscription totalement gratuite. Venez rejoindre les membres déjà présents sur le site, pour partager vos chants militaires ou autres... Nous vous attendons !!!

Inscrivez-vous sur Carnetdechants.fr

Le répertoire des Troupes de Marine

Vous trouverez les chants de tous les régiments TDM, mais aussi tous les chants qui sont entonnés par les coloniaux.

Chants troupes de Marine

Ecole Nationale des Sous-Officiers d'Active

Retrouvez tous les chants, les paroles et les insignes des promotions de l'ENSOA.

ENSOA

Ecole Speciale Militaire de Saint-Cyr

Retrouvez tous les chants, les paroles et les insignes des promotions de cette merveilleuse école militaire qu'est l'ESM.

Ecole Speciale Militaire de Saint-Cyr

L'Ecole Militaire Interarmes

Retrouvez tous les chants, les paroles et les insignes des promotions de cette école militaire de formation d'Officiers (EMIA).

L'Ecole Militaire Interarmes
Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Compteur visiteurs
Bienvenue
cher visiteur
avatar
Il y a déjà :



visiteurs depuis le 17/07/2012
Recherche

Armée d'Afrique

Les Bats d'Af mp3
Bataillonnaires
Publié par Inconstant le 21/09/2012 21:40:00 (8645 lectures)
Les Bataillons d’Infanterie Légère d’Afrique (BILA), plus connus sous leurs surnoms de Bat d'Af' , étaient des unités appartenant à l'Armée d'Afrique qui dépendait de l’armée de terre française. Les soldats des BILA s'étant distingués le 6 février 1840 à la bataille de Mazagran, ce jour devient la fête des BILA.


"Mais mon père le chante avec une variante, il remplace "Bataillonnaires" par "Disciplinaires" ce qui se chantait en Indochine. Il existe plusieurs versions"

Version d'origine

Il est sur la terre africaine
Un bataillon dont les soldats, dont les soldats
Sont tous des gars qu'ont pas eu d' veine
C'est les Bat' d'Af', oui nous voilà, oui nous voilà!
Pour êtr' Joyeux, chose spéciale
Y faut sortir d' la rue d'Poissy, d' la rue d'Poissy
Ou bien encor' d'une Centrale
C'est d'ailleurs là qu'on nous choisit, qu'on nous choisit!

Refrain :
Mais après tout, qu'est-ce que ça fout!
Et l'on s'en fout!
En marchant sur la grand' route
Souviens-toi, oui souviens-toi, oui souviens-toi
Les Anciens l'ont fait sans doute
Avant toi, oui avant toi, ah! ah! ah! ah!
De Gabès à Tataouine
De Gafsa à Médiaoui-ine
Sac au dos dans la poussiè-ère
Marchons bataillonnaires!

Mais comme on n'a jamais eu d' veine
Pour sûr qu'un jour on y crèv'ra, on y crèv'ra!
Sur cett' putain d' terr' africaine
Dans le sable on nous enfouira, enfouira
Avec pour croix un' baïonette
A l'endroit où nous somm's tombés, nous somm's tombés
Qui voulez-vous qui nous regrette
Puisque c'est nous les réprouvés, les réprouvés.

Vous qui du haut de vos fenêtres,
Bourgeois nous regardez passer, r'gardez passer
Vous tremblez toute votre graisse
Car oui c'est nous les réprouvés, les réprouvés
Mais gardez bien vos femm's, canailles,
Car un jour nous vous les prendrons, vous les prendrons
Et ce jour là vaille que vaille
C'est vous qui irez en prison, oui en prison!


Version plus récente

Il est sur la terre africaine
Un régiment dont les soldats, dont les soldats
Sont tous des gars qu'ont pas eu d' veine,
C'est la légion et nous voilà, et nous voilà !
Pour ce qui est d' la discipline,
Faut êtr' passé par Biribi par Biribi !
Avoir goûté de la praline,
Et travaillé du bistouri du bistouri

Refrain :
Et on s'en fout et après tout
Qu'est-ce que ça fout, out, out, out?
En marchant sur la grand-route,
Souviens toi oui souviens toi ah! ah! ah!
Les anciens l'ont fait sans doute,
Avant toi oui avant toi, ah! ah! ah!
De Gabès à Tataouine,
De Tanger à Tombouctou, ou, ou, ou!
Sac au dos dans la poussière,
Marchons les légionnaires

J'ai vu mourir un pauvre gosse,
Un pauvre goss' de dix-huit ans, de dix-huit ans
Fauché par les balles féroces
Il est mort en criant maman, criant maman !
Je lui ai fermé les paupières,
Recueilli son dernier soupir, dernier soupir !
J'ai écrit à sa pauvre mère,
Qu'un légionnair', ça sait mourir, ça sait mourir.

Et puisqu'on n'a jamais eu d' veine,
Pour sûr qu'un jour, on y crèv'ra, on y crèv'ra!
Sur cett' putain d' terre africaine,
Enterrés sous le sable chaud, le sable chaud!
Avec pour croix un' baïonnette
A l’ endroit où l'on est tombé, on est tombé!
Qui voulez-vous qui nous regrette,
Puisqu'on est tous des réprouvés, des réprouvés ?


Petit glossaire: Joyeux : nom que se donnaient, par ironie, les bataillonnaires.
Centrale : prison "centrale" où les condamnés accomplissaient leur peine.
Gabès, etc : villes de Tunisie dont Tataouine est restée la plus célèbre (avec Biribi, non cité), et plutôt bagne militaire.

S’il figure toujours dans les recueils des années 2000, il est rarement enregistré.

Les deux premiers couplets datent de la fin du XIXème et le troisième couplet a été ajouté peu après la Seconde guerre mondiale. Elle se chante en accentuant les assonances et rimes féminines : -ne, -le, etc. qui renforcent la cadence.

Auteur : Jacques Séverac Compositeur : Maurice Naggiar et Lucien Viard
Origines : Il s'agit de la musique de film Les Réprouvés (1936), consacré aux bataillons d'Afrique.
Un officier, ruiné par une femme, demande à être affecté aux bataillons d'Afrique. Ses supérieurs lui confient le commandement d'un petit poste. Sa maîtresse l'y rejoint quelques heures avant que les bédouins ne mettent le siège devant le fortin.

Ce chant est à rapprocher de "En passant par la portière", du chant "Les sous-mariniers" et du "Légionnaire".

Il est possible que les compositeurs se soient inspirés d'un chant existant. En effet, le capitaine Léon Lehuraux dans son ouvrage « Chants et chansons de l'armée d'Afrique », éditions Soubiron, Alger, 1933, page 238, cite un chant dont les paroles présentent certaines analogies. Il est tiré de la revue intitulée On se Marrakech, jouée pour la première fois à Casablanca en 1910.


Il y avait une fois dans l'infanterie
1. Y'avait une fois en Algérie
Un officier qui permuta
Pour venir servir sa patrie
Sur les bords de l'oued Bou S'Koura
C'est qu'il voulait v'nir faire la guerre,
Cela se comprend, cela se comprend fort bien
Aux farouches tribus Zaërs :
Et puis enfin c'était son goût,
Ça va bien (bis)
Ce monsieur la chose est sûre
Avait une ardente nature
Et disait en s'embarquant :
Ça va bien. (bis)…


Le Chant des réprouvés va rapidement être repris.
La version la plus célèbre est celle des parachutistes.
En effet, probablement dès 1938, la nouvelle arme adopte ce chant. Il s’agit du premier chant parachutiste car le cimetière de Maison-Blanche à Baraki près d'Alger était l'endroit où la 602e compagnie d'infanterie de l'Air, ancêtre du 1er RCP, enterrait ses morts. Elle y tint garnison à partir de 1937.

Confirmation de sa popularité, quelques années plus tard, les soldats de la Légion des volontaires français en créèrent plusieurs adaptations sur le front de l’Est.
La mélodie s’est exportée puisque les grenadiers d’Isone (l’élite de l’armée Suisse) l’ont adoptée pour un de leurs chants au répertoire dans les années 1980/1990

Sur cette putain de terre Tessinoise

Sur cette putain de terre tessinoise,
Une section dont les soldats, dont les soldats,
Sont tous des gars qu'on pas eu d'veine,
Les GRENADIERS oui nous voilà, oui nous voilà
Pour y entrer chose spéciale,
Faut avoir fait de la prison, de la prison
Prison militaire ou centrale,
C'est d'ailleurs là qu'on nous choisit,
Qu'on nous choisit.

Refrain :
Mais après tous qu'est ce que ça fout
et l'on s'en fout (ou ou ou)
En marchant sur la grand route,
Souviens-toi, oui souviens-toi (ah ah Ah)
Les anciens l'ont fait sans doute,
Avant toi, bien avant toi (ah ah ah)
De Rivera à la caserne,
De la caserne jusqu'au Tiglio (jusqu'au Tiglio)
Sac au dos dans la poussière,
MARCHONS LES GRENADIERS !

J'ai vu mourir un pauvre gosse,
Un pauvre gosse de 18 ans, de 18 ans
Dans un combat des plus féroces,
Il est mort en criant maman, criant maman
C'est moi qui ai fermé ces paupières,
Recueillit son dernier soupir, dernier soupir
J'ai écrit à sa pauvre mère,
Qu'un GRENADIER savait mourir,
Savait mourir

Comme nous n'avons jamais eu d'veine,
C'est sûr qu'un jour on y crèvera ,qu'on y crèvera
Sur cette putain de terre tessinoise,
Dans la boue on nous enterrera, nous enterrera
Avec pour croix une baïonnette,
À l'endroit où l'on est tombé, l'on est tombé
Qui voulez-vous qui nous regrette,
Puisque nous sommes des GRENADIERS,
Des GRENADIERS.
Note: 10.00 (1 vote) - Noter ce chant -
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.

Auteur Commentaire en débat
zephyr
Posté le: 09/06/2014 12:18  Mis à jour: 09/06/2014 20:26
Débutant
Inscrit le: 25/05/2014
De: ales
Contributions: 1
 Re: Les Bats d'Af mp3
Chant absolument extraordinaire....